Archives de Catégorie: Métiers de la plume

Une visite prestigieuse

Les tweets pleins d’esprit de la bibliothèque des îles Orkneys lui ont valu d’être à la une récemment. Stewart Bain, son gérant, a l’art de trouver des perles dans son catalogue…


Pour ces journées où vous vous dites : « J’ai vraiment envie de lire un thriller plein d’action se déroulant dans le monde du snooker! »

 

… and There’s Wally; la bibliothèque a décidé de modifier le titre de cet ouvrage après qu’un client indélicat leur ait retourné avec le mot Wally entouré d’un cercle sur chaque page.

Après avoir tweeté les détails de son book club consacré aux polars – notamment The Cuckoo, écrit par Robert Galbraith (pseudo de JK Rowling) – une discussion s’engagea avec la romancière. « Ca risque d’être drôle. Vous avez encore le temps d’attraper le ferry », lui dit le bibliothécaire. Rowling ayant mentionné qu’elle adorait le cake au citron et préférait son thé couleur créosote, il mentionna ensuite qu’il gardait le cake en réserve au cas où la romancière viendrait à passer. Ce qu’elle fit ! Après une visite guidée des lieux, elle participa au book club avant de partager son gâteau avec les autres participants.

 

JK Rowling rend visite à la bibliothèque d’Orkney (photographie : JK Rowling)

Poster un commentaire

Classé dans Métiers de la plume

Plaidoyer pour le vélin

La crise n’est pas un vain mot en Grande-Bretagne actuellement. Nombreuses sont les mesures prises pour colmater le déficit de la NHS (National Health Service, la mutuelle locale), notamment. Les prévisions budgétaires prévoient un déficit de plus de 73 milliards de livres sterling et la Chambre des Lords a récemment décidé de remplacer le vélin¹ utilisé pour rédiger les textes de lois par du papier ordinaire.

Apparemment, cette mesure de restriction budgétaire ferait économiser à l’état 80.000 livres par an. En comparaison, les dépenses totales de la Chambre des Lords pour l’année 2014-2015 étaient d’un peu plus de 94 millions de livres (dont 20 millions pour les salaires et notes de frais des Lords). Cela signifie que le vélin représentait 0,084% de ce total; il faudrait donc prendre 60 mesures de restriction semblables pour réduire le budget de 5%. Mais prendre une telle mesure, prestigieuse mais d’impact minuscule, détourne l’attention du problème central (qui est entre les mains du gouvernement, et non de la Chambre des Lords).

Il serait pourtant dommage de renoncer au vélin. Bien sûr, les arguments en faveur de son maintien sont marginaux. Sa durée de conservation est meilleure, mais les textes de loi ont souvent une durée de vie bien moindre. C’est surtout le symbolisme, la permanence du vélin – un parchemin fabriqué exclusivement à partir de peau de veau, d’où son nom – qui contribue à maintenir l’importance et le prestige des lois. Même si le volume des textes législatifs a fortement augmenté ces dernières années, le vélin, par sa permanence, aide à maintenir leur respect; son abandon tendrait à indiquer que nos lois ne valent même plus le prix du parchemin utilisé pour les rédiger.

¹ : Le parchemin est une peau d'agneau ou de veau préparée avec soin par un parcheminier. Il est en général de teinte crème ou blanche. Lorsqu'il est très fin et de qualité supérieure, on le désignera sous le nom de vélin. Autrefois, la peau était choisie selon le format du livre désiré, puis on la pliait et l'assemblait. De plus, le parchemin et le vélin résistent mieux que le papier au temps qui passe.

Source

Poster un commentaire

Classé dans Métiers de la plume

Profession : relieuse

Je viens aujourd’hui vous parler d’une personne que j’ai eu l’honneur de côtoyer pendant plusieurs années, tout d’abord dans le cadre du travail, puis en tant qu’amie. Louise avait débarqué de Paris, pour parachever sa formation de relieuse à La Cambre (une école supérieure bruxelloise). C’est ce qui me permit de faire sa connaissance, vu qu’elle débuta comme serveuse dans un de mes antres favoris, afin de financer ses études. Tout d’abord ébloui par ses yeux bleus, je fus bientôt capable de discerner l’intelligence, la douceur, le professionnalisme et l’humour occultés par ce beau regard.

Un an plus tard, je devenais son collègue, et nous formâmes rapidement un tandem d’enfer, elle assurant les 5 à 9 (quatre fois par semaine, en plus de ses cours déjà plutôt physiques), moi la nuit. C’est ainsi que je fus introduit à un artisanat qui m’étais jusque là inconnu, la reliure, « cette pratique artisanale qui s’est érigée en art » (copyright wikipédia). Et dans ce cas-ci, on peut même parler d’art réservé aux riches : la plupart des ouvrages que j’ai eu l’occasion de voir chez Louise m’auraient permis de vivre à l’aise pendant plusieurs années via leur vente.

 

Couverture du numéro 299 de Arts et Métiers du Livre
Louise Bescond incarne la nouvelle génération de relieurs. Décomplexée, audacieuse, elle allie avec bonheur liberté et un indéniable talent artistique.

 

Depuis lors, Louise vit (difficilement) de son métier, passion qu’elle ne se prive pas de partager avec d’autres étudiant(e)s.

Atelier reliure organisé au 75, l’Atelier Peinture de l’Ecole Supérieure des Arts de l’Image

 

Louise avec Marianne, sérigraphe, graveuse et collaboratrice régulière.

Voici quelques exemples de son travail :

Et vous pouvez bien sûr en découvrir d’autres sur son site web

1 commentaire

Classé dans Métiers de la plume