Archives mensuelles : août 2017

My life as a bird

6185516

 

When they called it a night, an hour and another half pitcher of draught later, Mona took a longer route home than she normally would. She wanted to clear her head of the decided buzz that was making her stride less than steady, though considering the empty appartment she was going home to, maybe that wasn’t the best idea, never mind her brave words to Jilly. Maybe, instead, she should go back to the pub and down a couple of whiskeys so that she’d really be too tipsy to mope.
« Oh, damn him anyway, » she muttered and kicked at a tangle of crumpled newspapers that were spilling out of the mouth of an alleyway she was passing.
« Hey, watch it ! »

Mona stopped at the sound of the old gruff voice, then backed away as the smallest man she’d ever seen crawled out of the nest of papers to glare at her. He couldn’t have stood at more than two feet high, a disagreeable and uglylittle troll of a man with a face that seemed roughly carved and then left unfinished. His clothes were ragged and shabby, his face bristly with stubble. What hair she could see coming out from under his cloth cap was tangled and greasy.
Oh my, she thought. She was drunker than she’d realized.
She stood there swaying for a long moment, staring down at him and half expecting him to simply drift apart like smoke, or vanish. But he did neither and she finally managed to find her voice.

– « I’m sorry », she said. « I just didn’t see you down… there. » This was coming out all wrong. « I mean… »
His glare deepened. « I suppose you think I’m too small to be noticed? »
– « No, it’s not that. I… »
She knew that his size was only some quirk of genetics, an unusual enough trait to find in someone out and about in a Crowsea street at midnight, but at the same time her imagination, or, more likely, all the beer she’d had, was telling her that the little man scowling up at her had a more exotic origin.
– « Are you a leprechaun? » she found herself asking.
– « If I had a pot of gold, do you think I’d be sleeping on the street? »
She shrugged. « No, of course not. It’s just… »
He put a finger to the side of his nose and blew a stream of snot onto the pavement. Mona’s stomach did a flipand a sour taste rose uo in her throat. Trust her that, when she finally did have some curious encounter like the kind Jilly had sio often, it had to be with a grotty little dwarf such as this.
The little man wiped his nose on the sleeve of his jacket and grinned at her.
– « What’s the matter, princess? », he asked. « If I can’t afford a bed for the night, what makes you think that I’d go and buy out a handkerchief just to avoid offending your sensibilities? »

It took her a moment to digest that. Then digging into the bib pocket of her overalls, she found a couple of crumpled dollar bills and offered them to him. He regarded the money with suspicion and made no move to take it from her.
– « What’s this? » he said.
– « I just… I thought maybe you could use a couple of dollars. »
– « Freely given? » he asked. « No strings, no ties? »
– « Well, it’s not a loan, » she told him. Like she was ever going to see him again.
He took the money with obvious reluctance and a muttered « Damn. »
Mona couldn’t help herself. « Most people would say thank you, » she said.
– « Most people wouldn’t be beholden to you because of it, » he replied.
– « I’m sorry? »
– « What for? »
Mona blinked. « I meant, I don’t understand why you’re indebted to me now. It was just a couple of dollars. »
– « Then why apologize? »
– « I didn’t. Or I suppose I did, but… –  » This was getting far too confusing. « What I’m trying to say is that I don’t want anything in return. »
– « Too late for that. » He stuffed the money in his pocket. « Because your gift was freely given, it means I owe you now. » He offered her his hand. « Nacky Wilde, at your service. »
Seeing it was the same he’d used to blow his nose, Mona decided to forego the social amenities. She stuck her own hands in the side pockets of her overalls.
– « Mona Morgan, » she told him.
– « Alliterative parents? »
– « What? »
– « You really should see a doctor about your hearing problem. »
– « I don’t have a hearing problem, » she said.
– « It’s nothing to be ashamed of. Well, lead on. Where are we going? »
– « We’re not going anywhere. I’m going home and you can go back to whatever it was you were doing before we started this conversation. »
He shook his head. « Doesn’t work that way. I have to stick with you until I can repay my debt. »
– « I don’t think so. »
– « Oh, it’s very much so. What’s the matter? Ashamed to be seen in my company? I’m too short for you? Too grubby? I can be invisible if you like, but I get the feeling that’d only upset you more. »
She had to be way more drunk than she thought she was. This wasn’t even remotely a normal conversation.
– « Invisible, », she repeated.
He gave her an irritated look. « As in, not perceivable by the human eye. You do understand the concept, don’t you? »
– « You can’t be serious. »
– « No, of course not. I’m making it up to appear more interesting to you. Great big, semi-deaf women like you feature prominently in my daydreams, so naturally I’ll say anything to try to win you over. »
Working all day at her drawing desk didn’t give Mona as much chance to exercise as she’s like, so she was a bit touchy about the few extra pounds she was carrying.
« I’m not big. »
He craned his neck. « Depends on the perspective, sweetheart. »
– « And I’m not deaf. »
– « I was being polite. I thought it was kinder than saying you were mentally disadvantaged. »
« And you’re certainly not coming home with me. »
« Whatever you say, » he said.
And then he vanished.

 

Excerpt from « My life as a bird », a short story included in « Moonlight and Vines », by Charles de Lint.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ecrivain, Extraits, Fantasy

Les Sirènes (James Joyce, traduction de Tiphaine Samoyault)

euxh1c7y

Bronze près d’or entendit les fersabots, cliquetacier
Impertuntne, tuntne
Petites peaux, picorant les petites peaux d’un pouce rocailleux, petites peaux.
Horrible! Et or rougit encore.
Voilée une fifrenote blousa.
Blousa. Blues Bloom bleuetLa pyramide des cheveux d’or.
Une rose sautille sur les soyeux seins de satin, rose de Castille.
Trille, trille: idolores.
Coucou! Qui voi… coucoudor?
Ding apitoyé à bronze.
Et un appel pur, long et déchirant. Appel désimourant.
Mon leurre. Mot doux. Mais vois! Pâlissent les étoiles d’or. Ô rose! Des notes stridulent une réponse. Castille. Voici l’aurore.
Cliquetis cliquetis cabriolet cliquette.
Tinte la pièce. Sonne l’heure.
Aveu. Sonnez. pourrais-je. La jarretière se détend. Te quitter. Clac. La cloche! Cuisse clac. Aveu. Ardente. Mon coeur, adieu!
Clique. Bloo.
Boum tonnèrent les accords fracassants. Quand l’amour vous prend. La guerre! La guerre! La tympan.
Une voile. Un voile voguant sur les vagues.
Perdu. Une grive flûta. Tout est perdu.
Vit. Vite
Quand pour la première fois il vit. Hélas!
Pur choc. Pur frisson.
Gazouillis. Ah, leurre! Alléchant leurre.
Martha! Reviens!
Clapclop. Clipclap. Clapclapclap.
Dieubon ilnen tenja maisdanstoutPat le sourd, Pat le chauve un sous-main apporta un couteau rapporta.
Un appel nocturne par une nuit de lune: loin: loin.
Je me sens tellement triste. P.S. Tellement seul et fleur bleue.
Ecoutez!
La froide trompe marine incurvée et couverte de pointes. Avez-vous les? Chacune et pour l’autre clapotement et mugissement muet.
Perles: quand elle. Les rapsodies de Liszt. Isztszt.
Vous n’avez?
Pas: non, non: cru: Lidlyd. Avec un pafpaf avec un panpan.
Noires.
Tréfondsonnant. Oui, Big Ben, oui.
Attentif pendant que vous attendez. Hé, Hé. Attentif pendant que vous hé.
Mais attendez!
Loin dans les profondeurs de la terre. Métal incrusté.
Naminedamine. Tous partis. Tous tombés.
Frêles, les frémissantes frondaisons de sa toison.Amen! Hors de lui, il en grinçait des dents.
En arrière. En avant, en arrière. Un bâton frais saillant.
Bronzelydie près de Minador.
Près de bronze, près d’or, dans l’ombre gridocéan. Bloom. Ce vieux Bloom.
Quelqu’un frappa, quelqu’un toqua avec un panpan, avec un pafpaf
Priez pour lui! Priez braves gens!
Ses doigts goutteux qui craquent.
Big Benboum. Big Benben.
Dernière rose Castille de l’été laissa bloom bloosé, je me sens tellement triste tellement seul.
Pfruit! Un petit ventcoulis chuinta.
Hommes d’honneur. Lid Ker Co Ded et Doll. Oui, oui. Comme vous. Lèverez vos verres, tchin tchin.
Pfruit! Ôô!
Où bronze de près? Où or de loin? Où sabots?
Prrouitpr. Kraa. Kraandl.
Alors, pas avant. Mon épripfftaphe. Soit épfrite.
Fini. Commencez!

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

La femme-mystère (première partie)

Lafemme1myst

 

Cela faisait déjà plusieurs années que je travaillais à « L’Atelier », un café-concert proche de l’université libre de Bruxelles et aussi l’un des premiers à s’être lancé dans les bières spéciales.

Nous fûmes, notamment, des pionniers osant tenter l’aventure de la Pêcheresse au fût.Mon patron, Tuna Kavur, un turc court sur pattes, mais à la carrure impressionnante – il avait pratiqué à haut niveau haltérophilie, volley-ball et … échecs ! – avait persuadé le patron de la brasserie Liefmans de lui confier cinq petits fûts de cette Kriek où la pêche remplaçait la cerise. Sûr et certain que le débit ne serait jamais suffisant pour écouler cette bière alors très peu connue et uniquement vendue en bouteilles de trente-sept centilitres bouchonnées – et donc réservée à une clientèle relativement aisée – le brasseur promit même un sixième fût gratuit si nous venions à écouler les autres en moins d’un mois. Vingt jours plus tard, il concédait la défaite.

Bientôt, nous servions Kriek, Pêcheresse et Framboise au fût, les bières spéciales disponibles dépassaient la centaine et les étudiants se relayaient pour goûter ces bières encore indisponibles dans les autres troquets bruxellois.

Je travaillais alors quatre jours par semaine, mais la longueur des services – le café ne fermait jamais avant trois heures du matin les jours de semaine et, du jeudi au dimanche, il n’était pas rare que le jour soit levé lorsque je quittais les lieux – je gagnais assez confortablement ma vie. Suffisamment en tous cas pour m’offrir le restaurant tous les jours, la minuscule kitchenette de mon flat ayant freiné ma passion pour la cuisine.

Il arrivait aussi assez fréquemment que, l’Atelier enfin fermé, j’aille manger un steak-frites au snack local – où dans d’autres établissements où le personnel, plus habitué à servir cafés, croissants et jus d’orange pressée à cette heure matinale, avaient du mal à cacher leur surprise lorsque je leur commandais un steak béarnaise – où que le patron nous invite à manger à Matonge, le quartier congolais d’Ixelles, plus en phase avec nos horaires. Certains jours même, il nous emmenait dans des restaurants nettement plus luxueux, dont la clientèle, à cette heure indue, était essentiellement composée de prostituées de haut vol, de leurs bienfaiteurs et de quelques souteneurs. Faune étrange qui, heureusement, ne me fit jamais dévier du droit chemin qui avait toujours été le mien jusque là.

J’habitais alors un flat comprenant une petite chambre, un living à peine plus spacieux, une minuscule salle d’eau et une kitchenette tout aussi exigüe. Cela suffisait amplement à mes besoins, vu que je n’y étais quasiment que pour dormir et le fait qu’il se trouvait juste en face de l’Atelier me faisait gagner un temps précieux. Je partageais les lieux avec Nazgûl, ma chatte noire, qui bénéficiait d’un accès aisé vers l’extérieur via la fenêtre des toilettes communes situées un étage et demie plus bas. A l’étage inférieur résidaient deux étudiantes, l’une d’entre elles étant la petite amie de mon meilleur pote. Au rez-de-chaussée, enfin, vivait une habituée de l’Atelier, fonctionnaire cinquantenaire férue de lecture et de marginaux, qui meublait souvent agréablement les après-midis calmes au café par son érudition.

Il arrivait aussi que, l’Atelier enfin fermé, j’aille manger un steak-frites au snack local – où dans d’autres établissements où le personnel, plus habitué à servir cafés, croissants et jus d’orange pressée à cette heure matinale, avaient du mal à cacher leur surprise lorsque je leur commandais un steak béarnaise – où que le patron nous invite à manger à Matonge, le quartier congolais d’Ixelles, plus en phase avec nos horaires. Certains jours même, il nous emmenait dans des restaurants nettement plus luxueux, dont la clientèle, à cette heure indue, était essentiellement composée de prostituées de haut vol, de leurs bienfaiteurs et de quelques souteneurs. Faune étrange qui, heureusement, ne me fit jamais dévier du droit chemin qui avait toujours été le mien jusque là.

J’habitais alors un flat comprenant une petite chambre, un living à peine plus spacieux, une minuscule salle d’eau et une kitchenette tout aussi exigüe. Cela suffisait amplement à mes besoins, vu que je n’y étais quasiment que pour dormir et le fait qu’il se trouvait juste en face de l’Atelier me faisait gagner un temps précieux. Je partageais les lieux avec Nazgûl, ma chatte noire, qui bénéficiait d’un accès aisé vers l’extérieur via la fenêtre des toilettes communes situées un étage et demie plus bas. A l’étage inférieur résidaient deux étudiantes, l’une d’entre elles étant la petite amie de mon meillleur pote. Au rez-de-chaussée, enfin, vivait une habituée de l’Atelier, fonctionnaire cinquantenaire férue de lecture et de marginaux, qui meublait souvent agréablement les après-midis calmes au café par son érudition.

Il arrivait donc régulièrement que je termine la soirée chez moi avec l’un ou l’autre des derniers clients du bar, si nous avions sympathisé pendant la soirée. C’est ainsi que je fis la connaissance de B. au cours d’une fin de soirée bien arrosée – je ne prenais ma première bière qu’après avoir servi le dernier verre, tradition du café, mais il m’arrivait d’en enfiler trois ou quatre le temps que les clients terminent le leur, le tout en exécutant les tâches-réflexes de la fermeture : vidanges, frigos, vaisselle et cendriers, etc.

Cette nuit là donc, B., ses deux labradors et son ami R. – que j’avais de prime abord pris pour son mec – quittâmes ensemble l’Atelier pour nous rendre au deuxième étage de la maison d’en face, et la discussion continua tandis que nous humections nos gosiers.

Un premier drame fut évité de justesse lorsque nous arrivâmes devant ma porte – qui restait toujours entr’ouverte afin que Nazgûl puisse déambuler à sa guise. En effet, B. tenait absolument à la compagnie de ses deux compagnons canidés et, amadoué par leur douceur tout au long de la soirée, j’avais fini par accepter qu’ils nous accompagnent. Nazgûl, elle, voyant son domaine brusquement envahi par deux intrus faisant vingt fois sa taille, ne l’entendait pas de cette oreille !

 

2 Commentaires

Classé dans Plume

Lhasa de sela – Con toda palabra

Lhasa-de-Sela-001

 

Lhasa de Sela n’a pas eu la jeunesse de Madame Tout-Le-Monde, et cela transparaît dans ses chansons.
Née dans une cabane à Big Indian, dans l’état de New York, de père mexicain et de mère américaine, elle grandit avec ses neuf frères et soeurs dans un ancien bus scolaire qui sillonne l’Amérique du Nord. Les enfants sont éduqués au moyen de livres, de musique et d’activités artistiques par leurs parents hippies et apprennent ainsi à agir selon ce que leur dicte leur coeur.
Après la séparation de ses parents, Lhasa s’installe à San Francisco puis Montréal avec sa mère. Elle commence à jouer dans les bars canadiens et compose ses chansons en trois langues. Ses trois albums, La LLorona (1997, essentiellement en espagnol), The Living Road (2003, franco-espagnol) et Lhasa (2009, anglais) sont pleins de chansons alimentées par les rêves, l’amour, les relations et les choses de la vie, filtrées par une imagination nourrie de contes folkloriques.

Elle forme un duo avec Yves Desrosiers et joue bientôt avec un groupe intime de musiciens talentueux. Sa musique est influencée par des sources très variées, allant de la Ranchera mexicaine à la chanson française, en passant par l’Americana et la musique Arabe, tout en restant étonnamment originale.
Epuisée par une longue tournée avec le festival exclusivement féminin Lilith Fair, elle rejoint en 1998 Pocheros, le cirque de sa soeur, en France. Des chansons telles que Con Toda Palabra et La Marée Haute, écrites durant cette période de sa vie, reflètent son monde intérieur intense. Souvent déconcertantes, ses chansons sont au confluent de la réalité et de l’imaginaire, où le courage triomphe de la peur et de l’obscurantisme.
« La vie est une route continuellement changeante, ce qui fait que vous aussi vous changez », disait Lhasa. Elle gagne rapidement des fans passionnés en France et au Canada, fait une tournée au Royaume Uni – invitée par les Tindersticks – et ses chansons figurent bientôt au générique des Sopranos, d’un documentaire sur Madonna et de Cold Souls, un film de Sophie Barthe.
En 2009, ravie d’avoir enregistré son dernier album avec cinq musiciens plutôt que vingt, et dans des conditions les plus proches possibles du « live », Lhasa découvre qu’elle est atteinte d’un cancer du sein. Elle qui rêvait durant son adolescence d’épouser le légendaire chanteur chilien Victor Jara – victime de la dictature de Pinochet – a rejoint son idole en janvier 2010, à l’âge de 37 ans.

 

Sources : Wikipédia et cette poignante notice nécrologique du Guardian.

 

 

Avec chaque mot
Avec chaque sourire
Avec chaque regard
Avec chaque caresse

Je m’approche de l’eau
En buvant ton baiser
La lumière de ton visage
La lumière de ton corps

C’est une prière du désir
C’est un chant silencieux
Un regard aveugle
Un secret mis à nu

Je m’abandonne à tes bras
Avec peur et avec calme
Et une prière aux lèvres
Et une prière au coeur

Avec chaque mot
Avec chaque sourire
Avec chaque regard
Avec chaque caresse

Je m’approche du feu
Qu’il consume tout
La lumière de ton visage
La lumière de ton corps

C’est une prière du désir
C’est un chant silencieux
Un regard aveugle
Un secret mis à nu

Je m’abandonne à tes bras
Avec peur et avec calme
Et une prière aux lèvres
Et une prière au coeur

Poster un commentaire

Classé dans Musique

Perlimpimpin

21034170_926408117497756_3042931214520567746_n

 

Avec Perlimpimpin
Optez pour le look Tintin
Votre héritage carolingien
Peut vous sembler lointain
Comme vos cours de maintien
Mais votre tête de pingouin
Ainsi que tout ce tintouin
Comme quoi vous s’riez zinzin
Dérègle vos intestins
Pauvre petit Popotin!

Poster un commentaire

Classé dans Plume

Demande à un grand !

Le site du Guardian est aussi vaste que celui de la BBC, et ce n’est donc que récemment que j’ai découvert un recoin dédié aux questions posées par des enfants de moins de 10 ans, auxquelles répondent des experts du domaine concerné.

A partir des questions, on peut souvent discerner la personnalité des enfants qui les ont posées.

  • les classiques : « Pourquoi avons-nous 2 narines? », « Pourquoi on attrape le hoquet? » ou « Qui a inventé les tables de multiplication, et pourquoi? »
  • les scientifiques : « Pourquoi les oiseaux volent-ils dans des formations en V? », « Que deviendront les planètes lorsque le soleil explosera? » ou « Pourquoi n’y a-t-il pas plus d’animaux verts? »
  • les rêveurs : « Pourquoi pleurons-nous lorsque nous sommes tristes? », ou encore « Où dorment les dauphins? »
  • les originaux : « Quelle serait la réaction de la Terre si tous ses habitants sautaient en même temps? » ou « Est-ce que tuer une mouche ou un moustique est un meurtre? »
  • les futurs banquiers : « Durant une crise financière, pourquoi est-ce que les gouvernements n’impriment pas tout simplement plus de billets de banque? »

En plus de la poésie des questions, j’apprends très souvent quelque chose que j’ignorais grâce aux réponses et je trouve que les illustrations de Philip Partridge (réalisées à partir de photos) sont très parlantes et aident à cerner la personnalité de l’expert qui répond à la question hebdomadaire.
Quelques exemples : Photo 1 / Photo 2 / Photo 3

Jusqu’à quelle distance nos yeux peuvent-ils voir ?

Un homme de 1m80, debout et regardant vers l’horizon peut voir à 5 kilomètres, puis la courbure de la terre l’empêche de voir plus loin. Nous sommes capables de voir bien plus loin que cela, même si la poussière et la pollution réduisent en général notre vision à moins de 18 kilomètres. Mais en 1941, un scientifique, Selig Hecht, a établi que si sa vue n’était pas gênée, l’oeil humain pouvait percevoir le mouvement de la flamme d’une bougie à plus de 45 kilomètres de distance.

Donc, la réponse dépend de la taille et de la luminosité de l’objet regardé. Le soleil est à plus de 150 millions de kilomètres de la Terre, mais nous sommes quand même capables de le voir, parce qu’il est très grand et très lumineux.

Pourquoi est-ce que les êtres humains s’embrassent ?

Il y a deux théories à ce sujet. La première est que cela nous aide à évaluer si une nouvelle connaissance est quelqu’un avec qui nous souhaitons avoir une relation à long terme. Pour l’embrasser, nous devons être très proche de l’autre personne, ce qui nous permet de sentir ses phéromones, qui contiennent des informations sur son état de santé et sa compatibilité génétique avec nous. L’idée d’une relation romantique, du point de vue de l’évolution, est d’avoir un bébé avec l’autre personne : cette information est donc importante.

La deuxième raison est que nous nous embrassons pour entretenir les relations, romantiques, amicales ou familiales. Nos lèvres regorgent de terminaisons nerveuses et sont stimulées lorsque nous embrassons quelqu’un. Nous recevons alors des sensations agréables de notre cerveau et cela nous lie un peu plus à l’autre personne.

Source

Poster un commentaire

Classé dans Métiers de la plume

Charles Bukowski

Charles Bukowski (1920-1994) est né en Allemagne et arrive aux USA à 3 ans avec sa famille. Son enfance est marquée par un père tyrannique et violent; sa mère est l’image de la femme soumise.

charles_bukowski

À dix ans, le jeune Bukowski ressent ce qu’il décrira plus tard comme le premier jour de sa vie où il a le sentiment d’être écrivain : forcé d’écrire une rédaction qui sera lue devant toute la classe at ayant été obligé par son père à ne pas assister à la visite du président Hoover, il invente de toutes pièces les événements qu’il n’a pas pu voir et, devant le succès de son travail, découvre la puissance des mots, ainsi qu’il le rapporte dans Souvenirs d’un pas grand-chose (merci, Wikipédia).

A seize ans, il rentre bourré chez lui et, cette fois, ne se laisse pas faire : il met une trempe à son père, ce qui va l’aider à prendre confiance en lui.

Il exerce des petits métiers (postier, magasinier, employé de bureau) et vit dans la misère et la médiocrité. Pour échapper à cet univers, il boit et court les filles (et pourtant, comme Gainsbarre, il n’a vraiment pas été gâté par la nature, défiguré qui plus est par un acné superlatif).

Il commence par écrire des poèmes, puis des romans, chroniques et nouvelles. Quand il s’arrête d’écrire, c’est pour picoler ou courir la gueuse.

Parmi ses œuvres majeures traduites en français, on peut citer « Contes de la Folie Ordinaire » (adapté au cinéma par Marco Ferreri avec Ben Gazzara et Ornella Muti), « Au sud de nulle part« , « Souvenirs d’un pas grand chose« , « Factotum » (très bien adapté au cinéma par Bent Hamer, avec Matt Dillon, Lili Taylor et Marisa Tomei) , « Mémoires d’un vieux dégueulasse« , « Jouer du piano ivre jusqu’à ce que les doigts saignent » (poèmes), « Le ragout du septuagénaire« . « Barfly« , film de Barbet Schroeder, avec Mickey Rourke et Faye Dunaway, est aussi basé sur sa vie.

J’ai préféré ne pas encombrer cet article de citations et inclure un lien direct vers les nombreux exemples disponibles sur ce blog, dont la plupart proviennent de « Avec les damnés« , une anthologie d’extraits de ses livres remis dans l’ordre chronologique et que je vous recommande chaudement si vous n’avez encore rien lu de lui.

Cerise sur le gâteau: il est très bien traduit en français, ce qui est un gros plus (surtout pour sa poésie et vu sa syntaxe, disons … originale !)

Poster un commentaire

Classé dans Ecrivain

J’ai enfoncé tous les autres

51XBCW7PXRL._SY291_BO1,204,203,200_QL40_

 

Ça faisait bien une heure que j’étais là, fondu dans le décor (…) Je regardais mes mains quand la porte du Directeur s’est ouverte.

Quarante ans, gras, sapé, une gueule comme je les aime. Il a balayé le bureau des yeux, humé l’air, ce mec fonctionnait comme un bœuf, tout en force. Il m’a vu. Il a pointé un doigt sur mon cœur.
« Vous, suivez-moi », il a dit.
« Moi, Monsieur ? » j’ai fait.

Ces mecs nous prenaient pour des cons. Je loupais pas une occasion. J’adorais ça. J’avais pas de cadeaux à leur faire.
« Qui voulez-vous que ce soit ? »
« C’est juste, monsieur. »
Je l’ai suivi dans son bureau, très bien le bureau. Le soleil coulait là-dedans tout entier, comme un blanc d’œuf. J’ai cligné des yeux.
Il s’est mis près de la grande fenêtre. Il m’a fait signe.
« Vous voyez ça, là ? »
« Quoi donc ? »
« Là, cette saloperie de store, il est coincé. »

J’ai vu ce gros machin rouge à franges, ce gros boyau plein de sang collé sur la façade. Ça m’a fait plaisir qu’il soit coincé. Oui, je sais bien.
« C’est ennuyeux », j’ai fait.
« Nous allons régler ça. Faites-moi la courte échelle.
Je me suis demandé si j’avais bien entendu.
« Pardon ? »
« Remuez-vous, bon sang. Je n’ai pas que ça à faire. »
« Mais c’est dangereux, monsieur. »
« Écoutez, mon ami, si vous êtes comme ça dans la vie, vous n’arriverez jamais à rien. »

Bien sûr, c’est pas moi qui passerais par la fenêtre, mais je serais accusé de meurtre, on croirait jamais un truc pareil, oh non, mais y’avait la petite graine.

Je me suis mis le dos au mur, j’ai croisé les doigts, j’ai senti la chaussure en croco pleurer dans mes mains, et hop, je l’ai hissé, putain, je dirais quatre-vingt kilos, j’ai su que je pourrais pas tenir longtemps. Je l’entendais trifouiller et jurer là-haut, ça commençait à me faire mal, je me relâchais et ça m’écrasait les couilles, hé monsieur, il répondait pas, il s’en foutait, il voulait venir à bout de ce truc, monsieur, je vais lâcher, ah merde, il disait et moi, hé, je peux plus, j’avais tout lâcher, une seconde, NON, JE VAIS LÂCHER !!

Il est descendu. Tout rouge. Tout moite. Je sentais plus mes mains.
« Ah, encore une seconde et ça y était. Bon sang, quand j’avais votre âge … »
« Je t’emmerde, connard », j’ai pensé. « T’as jamais eu mon âge. »
« J’ai pas été engagé pour faire ce genre de choses, monsieur. Faites venir quelqu’un. »
« Assez discuté. Remettez-vous en place, j’avais pratiquement terminé. »

Bon Dieu, que j’avais besoin de ce fric ! Bon Dieu, qu’est-ce qui fait qu’une poignée de mecs nous tiennent à la gorge ? Comment T’as Fait Ton Compte ?

Je me suis remis en position et le cirque a recommencé. Ça a duré un moment, maintenant j’étais persuadé que cet abruti était incapable de dévisser une ampoule, mais il était buté et y’avait pas de raison que ça s’arrête. Encore une fois, j’ai gueulé que j’avais mal, que je pouvais plus tenir et lui ça y est presque, cet enfoiré disait n’importe quoi, il était bien là-haut, ça l’amusait de bricoler un peu, DE FAIRE QUELQUE CHOSE et il avait les moyens de crever plusieurs chevaux sous lui. Alors, je l’ai supplié de descendre, je l’ai ai dit descendez NOM DE DIEU mais ça faisait rien, il se croyait au Moyen Âge, quelque chose a traversé mon cerveau, un éclair, ET MERDE, j’ai dit, j’ai tiré un grand coup sur mes bras et ce gros con s’est étalé par terre, il a roulé en grognant, mais sur le moment j’aurais pu l’envoyer valser par la fenêtre, c’était facile, nous aurions vécu quelques secondes extraordinaires tous les deux, lui plongeant et moi penché au-dessus de la rue. Mais bon, ça s’est terminé sur le tapis du bureau, ces mecs là s’en tirent toujours, enfin souvent, quoi.

Avant de se relever, il m’a regardé. Un bœuf. Je me sentais bien.
« Vous êtes viré », il a fait avec ce sourire.
« CA VA. J’EN AI RIEN A FOUTRE », j’ai gueulé. « TU M’AS PAS EU, CONNARD !!! »

Je savais bien que si, d’une certaine manière, mais peut-être qu’il s’en rendait pas compte, j’espérais. On est resté là sans bouger, comme deux cons pris dans la glace, je le regardais et c’était une farce monstrueuse que rien ne pouvait arrêter, c’était limpide. Mais pour lui, ce serait facile d’oublier.

Quand je suis sorti, il s’était pas encore relevé. J’ai pensé :
a) il est sonné.
b) il est bien.
c) il réfléchit.
d) c’est un malade.
e) Je vais lui claquer sa putain de porte.

J’ai pas pu à cause de la moquette qui freinait, ça a pas fait de bruit. J’ai traversé le bureau de Solange, elle était là je crois, j’entendais plus rien, je voyais juste droit devant moi une espèce de chemin lumineux et j’ai filé comme un zombie jusqu’à la cafétéria. J’étais Mélangé, j’avais vraiment besoin de ce fric et de ce côté-là, c’était foutu. Évidemment, j’allais quand même pas le battre pour y retourner, j’étais pas complètement atteint. Mais ça faisait chier. Pourtant, je savais que ce qui pouvait m’arriver de pire, c’était de continuer dans cette boîte. Qui est-ce qui m’avait tendu la main, qui est-ce qui me sortait toujours des rails pour me remettre sur ce chemin sombre où j’étais seul, ou j’y voyais pas plus loin que le bout de mes doigts ? Il me prenait une furieuse envie de rigoler. J’ai souri.

J’ai bu un grand verre d’eau tiède et je me suis barré. J’avais gagné une heure sur la sortie des bureaux.

Quand je suis sorti, ça s’est pas écroulé derrière moi, mais il faisait encore beau. J’ai entendu personne se jeter par la fenêtre ; j’avais laissé toutes ces vies en plan, je saurais jamais la suite, je me disais, je me demandais qui était abandonné. Pour moi, je savais qu’on m’aurait au tournant, combien de temps ça allait durer ça me foutait une sacrée trouille, mais pas trop, je sortais d’une mauvaise période.

Je suis toujours dans la merde, je m’en sors pas. J’ai pas trouvé le moyen de régler ces petits problèmes sans y laisser ma peau. Ouais. Et peut-être que par-dessus le marché je suis pas plus libre qu’un autre alors je vois pas si c’est la bonne solution de résister. J’ai rien à dire sur la question, j’essaye des trucs. Donc j’ai marché un peu et ensuite je suis rentré chez moi, j’ai bien dormi. Joue-le encore une fois, Sam.

 

Extrait de J’ai enfoncé tous les autres, nouvelle tirée de 50 contre 1, de Philippe Djian.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

La marionnette (Charles de Lint)

 

The puppet thinks:
It’s not so much
what they make me do
as their hands inside me.

La marionnette pense:
ce n’est pas tant
ce qu’ils me font faire
que leurs mains en moi.
(traduction maison)

(tiré de la nouvelle Saskia, disponible en français dans le recueil de nouvelles d’auteurs divers Magie Verte, et en anglais dans le recueil Moonlight and vines.)

Le contexte de l’histoire est le suivant : le personnage principal de l’histoire est tombé amoureux « au premier regard » d’une poétesse, qu’il n’ose aborder.

Il recherche donc les livres qu’elle a publiés et en trouve un, dont est extrait ce poème.
Après l’avoir lu, il se demande quelles horreurs a bien pu subir Saskia pour écrire quelque chose d’aussi sombre.

Ce qui me touche dans ce poème, c’est justement le « peu de moyens » utilisé pour transmettre d’aussi fortes émotions. Je le trouve poignant, triste, lugubre, mais puissant.

Poster un commentaire

Classé dans Ecrivain, Extraits, Poésie

Quand j’aurai…

The-Beatles-When-Im-Sixty-Four-

A G.B., dont la chanson préférée des Beatles m’a servi d’inspiration.

 

Quand j’aurai soixante ans,
Je n’aurai plus de dents
Sauf peut-être, nonobstant,
Une ou deux par-devant.

Quand j’aurai septante ans,
Mes cheveux grisonnants,
Un nez toujours trop grand,
Mon visage d’enfant ?

Quand j’aurai nonante ans,
Où en sera mon gland ?
De toi cela dépend !
Alors, qu’est-ce que t’attends ?

Poster un commentaire

Classé dans Plume