Archives de Catégorie: Steampunk

Tim Powers

Timothy Thomas Powers, né le 29 février 1952 à Buffalo (dans l’État de New York), est un auteur américain de science-fiction et de fantastique, qui n’hésite pas à saupoudrer ces genres d’horreur et d’aventure. Je l’ai découvert vers le milieu des années ’80, en entendant mon meilleur pote de l’époque en parler à un ami commun.

Apparemment, les personnages principaux étaient : un ancien sorcier égyptien; un loup-garou capable de changer de corps – et qui tuait ses victimes pour préserver son anonymat; une fille déguisée en garçon, à la recherche de l’assassin de son amant; Lord Byron, auquel on avait fait subir un lavage de cerveau, afin de le programmer pour tuer le Roi Georges; un millionnaire des temps modernes qui voyageait dans le temps et revenait en Angleterre au début du XIXè siècle; et un certain professeur Doyle, un innocent embringué dans l’histoire après avoir accepté de donner une conférence sur Coleridge. Intervenait aussi une cabale de magiciens noirs, préparant un rituel traversant les âges afin d’ouvrir les portes d’un autre monde. Ensuite, les choses devenaient un peu compliquées …

Je réussis à me souvenir d’Anubis, pour retenir le titre du livre : Les Voies d’Anubis et, comme disent les anglosaxons, the rest is history.

208640timpowersloscon200401a

Une fois le livre dûment acheté et dévoré, je me mis en quête d’informations sur son auteur et constatai, Ô joie, que c’était loin d’être son premier ouvrage. Je m’attaquai donc aussitôt à Sur des mers plus ignorées, une histoire combinant grande aventure, piraterie, vaudou, marionnettistes, vaisseaux fantômes, canonnades et escrime, sorcellerie, zombies …
John Chandagnac, fils d’un marionnettiste et encore en deuil de son père, part pour la Jamaïque pour récupérer son héritage, volé par un oncle indélicat. En cours de route, le navire qui l’emmène est abordé par des corsaires. Chandagnac, ayant vaicu en duel leur capitaine – en utilisant des trucs de marionnettiste – choisit de se joindre à eux pour éviter l’exécution. Renommé Jack Shandy, il se trouve embarqué dans une quête pour la Fontaine de Jouvence, qui a des pouvoirs très différents de ce que l’on pourrait penser.

Les Chevaliers de la Brune est un roman d’aventure occulte, qui nous explique comment la bière a sauvé l’Europe occidentale de l’Empire Ottoman à l’époque du siège de Vienne. Le héro est ici un mercenaire irlandais vieillissant du nom de Brian Duffy. Début 1529, se rendant compte qu’il n’est plus le bienvenu à Venise, il accepte un poste très bien payé de videur, dans une auberge viennoise qui était encore récemment un monastère réputé pour sa bière : la Herzwesten. Mais, comme c’est typique chez Tim Powers, les apparences sont trompeuses…

En seconds rôles, on retrouve un Merlin immortel, un Arthur réincarné, le fantôme de Finn MacCool, un ancien navire débordant de vikings un peu moins anciens, en route pour Ragnarok, des compagnies de mercenaires suisses, des légions de soldats turcs, des espions, des sorciers, des serveuses, des démons et bien plus encore. Et tout le monde veut goûter cette fameuse Herzwesten. Ca m’a donné tellement soif que j’ai été finir le livre dans un bar. ;D

Powers maîtrise très bien les personnages secondaires, qu’il réussit toujours à rendre intéressants. Ses scénarios regorgent de rebondissements, qui restent plausibles, et de scènes d’action haletantes. Enfin, il réussit à fusionner aventure, vengeance, romance et intrigue pour emmener le lecteur, avec humour et en maintenant toujours la tension, vers une conclusion satisfaisante.

Et si vous en voulez plus, je vous conseille, parmi d’autres, A deux pas du Néant ou sa trilogie du Roi Pêcheur (Poker d’AmesDate d’expiration et Earthquake Weather, pas encore traduit à ma connaissance).

Poster un commentaire

Classé dans Ecrivain, SF, Steampunk