Archives mensuelles : juillet 2016

Crisis ? What crisis ?

La septième devint la sixième et je commençai à envisager de me sauver de chez moi. Sauf que : comment diable un gamin d’un mètre cinquante aurait-il pu se trouver du boulot alors que les trois quarts de nos pères n’y arrivaient pas ? Adultes et enfants, John Dillinger était le héros de tous : l’argent, il allait le prendre dans les banques. Il y avait aussi Joli Garçon Floyd, Ma Barker et Mitraillette Kelly.

Les gens commencèrent à traîner dans les terrains vagues envahis d’herbe : on avait appris qu’il était possible d’en faire cuire certaines pour les manger. Les hommes se battaient à coups de poing dans les terrains vagues et aux coins des rues. Tout le monde était en colère. Les hommes fumaient du Bull Durham et ne se laissaient monter sur les pieds par personne. Les petites étiquettes rondes du paquet de tabac leur pendaient à la poche de la chemise. Tous les hommes savaient se rouler une cigarette d’une seule main.

Quand on  tombait sur un mec avec une étiquette de Bull Durham qui lui sortait de la poche de la chemise, il valait mieux faire gaffe. On parlait hypothèques aux deuxième et troisième degrés. Un soir, mon père rentra à la maison avec un bras cassé et les deux yeux pochés. Ma mère s’était trouvé un boulot mal payé quelque part. Les gamins du quartier n’avaient que deux paires de pantalons : une pour le dimanche et une autre pour le reste de la semaine. Quand les chaussures étaient usées, il n’y en avait pas d’autres. Les grands magasins vendaient des semelles et des talons pour 15 ou 20 cents, prix de la colle compris; c’était avec ça qu’on réparait les chaussures usées. Les parents de Gene avaient un coq et des poules dans leur cour : quand les poules ne pondaient plus pendant un certain temps, ils les mangeaient.

Quant à moi, c’était toujours pareil à l’école avec Chuck et avec Gene et Eddie. Il n’y avait pas que les adultes pour devenir méchants : il y avait aussi les enfants. Et même les animaux : à croire que le modèle, c’était l’homme.

Charles Bukowski, Souvenirs d’un pas grand-chose.

Poster un commentaire

Classé dans Ecrivain, Extraits