Carthago

Ce texte m’a été inspiré par deux amies, co-locatrices bruxelloises, qui s’étaient faites tatouer ensemble afin de se « réapproprier leur corps » après des outrages inter-familiaux. Elles m’ont ainsi permis d’enfin comprendre et apprécier le tatouage. Je les en remercie mille fois.

21730872_10210361871510083_803814390716735234_n

Pour enjoliver ton corsage,
Que dirais-tu d’un tatouage ?
Tu te dis : cela fait étalage
De vieux motard de bas étage !
Craindrais-tu quelque dérapage,
Pour ta peau un ultime outrage ?
Vois-le comme un rite de passage :
Delenda Est de ta Carthage !
Une gomme effaçant les ravages,
L’ amnésie pour ton esclavage.
Ton déjà fort bel emballage,
Rehaussé par cet orpaillage :
Telle une gemme après maillage,
Splendeur serait ton apanage !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Plume, Poésie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s