Une radio héroïque

Attention !

Chef-d’oeuvre en vue !

J’ai l’honneur de vous présenter Monsieur Charles Bukowski (né Heinrich Karl Bukowski, 16 août 1920 – 9 mars, 1994) – poète, romancier et auteur de nouvelles, numéro 2 dans ma shortlist d’auteurs préférés (c’est Charles De Lint qui est numéro 1, pour ceux et celles d’entre vous qui l’ignoreraient encore).

Il atteint, dans le texte en prose qui suit, un niveau extraordinaire de maîtrise, d’inspiration ironique, … je vais m’arrêter là : à vous de travailler un peu, non mais ! Vous voulez aussi qu’un oiseau tout rôti vous tombe dans la bouche ? Ah que nenni !

Ce qui est évident, c’est que Bukowski, à ce moment de sa vie, a atteint la plénitude du bonheur.

Ce qui n’a pas du lui arriver souvent. Bien moins qu’à moi en tous cas, verni que je suis !

Et cela me cause d’immenses regrets !

Quand je vois le niveau de perfection technique (mise en page, syntaxe – ou absence de ! – , sensibilité et capacité à l’exprimer dans tous les détails …) qu’il arrivait – à force de travail acharné pendant plusieurs dizaines d’années – qu’il arrivait à atteindre lorsqu’il était tout simplement et très brièvement heureux, je hais les américains pour m’avoir privé de toutes ces perles en gestation qu’il abritait, souvent à son corps défendant.

Et j’enrâge !Charles BukowskiJe vous souhaite une très agréable lecture, chers amis des Lectures (copyright Terminus Est, AKA le gestionnaire de ce site).

 

Une radio héroïque

c’était au premier étage sur Coronado Street

j’avais l’habitude de me soûler

et de lancer la radio par la fenêtre (1)

pendant qu’elle marchait, et, naturellement, (2)

elle cassait le carreau de la fenêtre

et atterrissait sur le toit

où elle continuait à jouer (3)

et je disais à la femme qui vivait avec moi :

ah, quelle radio merveilleuse ! (4)

 

le lendemain matin j’ôtais la fenêtre de

ses gonds

et la portais au bas de la rue

chez le vitrier

qui remplaçait le carreau.

 

je lançais cette radio par la fenêtre

chaque fois que j’étais soûl

et elle atterrissait sur le toit

où elle continuait à jouer

une radio magique

une radio héroïque

et chaque matin je reportais la fenêtre (5)

chez le vitrier.

 

je ne me souviens pas exactement comment ça s’est terminé

mais je me souviens

qu’on a fini par déménager.

il y avait une femme au rez-de-chaussée qui

jardinait en maillot de bain

et son mari se plaignait qu’il ne pouvait pas dormir

à cause de moi

alors on a déménagé (6)

et dans l’autre appartement

ou j’ai oublié de lancer la radio par la fenêtre

ou je n’en avais plus

envie. (7)

 

je me souviens que la femme qui jardinait

en maillot de bain me manquait (8)

elle creusait avec son déplantoir

elle avait les fesses en l’air (9)

et j’étais assis à la fenêtre

et je regardais le soleil briller dessus (10)

 

aux accents de la musique (12)

 

(1) Réaction du lecteur : « What the f*ck ? » réaction de l’auteur : « Target acquired ! »

(2) Réaction du lecteur : « Whaaat ? » réaction de l’auteur : « Come here, my love ! », copyright « This Mortal Coil », 1986.

(3) Réaction du lecteur : « What ? » réaction de l’auteur : « I’m bored, now ! »

(4) Réaction du lecteur : Ooooooh !

(5) Nota : il est prêt à payer le remplacement d’une fenêtre presque tous les jours, en échange d’un numéro de magie de la radio

(6) Nota : probablement viré par son proprio

(7) Nota : quelle chute brillantissime !

(8) réaction du lecteur : Ooh !

(9) réaction du lecteur : Ah ?

(10) Nota : plus aucun doute, il est Heu-reux ! Et assurément fou amoureux de la femme qui partage sa vie à ce moment-là.

(12) Nota : vous n’aurez même pas droit à un oint final, tiens ! Et grand merci, Charles : nous partagions, hélas!, cet amour de la musique, qui nous a sûrement sauvé du suicide plus d’une fois !

PS : une question que je me pose et à laquelle vous avez peut-être une réponse à m’apporter : pensez-vous que la radio symbolise quelque chose ? Et si oui, alors quoi 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ecrivain, Extraits, Roman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s