Pour Edith

Ce poème a été écrit suite à un pari dans un bar. J’avais envie d’écrire un poème préparatoire à celui que je compte écrire sur l’Eau Noire (la rivière de Couvin) et j’ai été demander à la serveuse si je pouvais écrire un poème parlant d’elle. Les gens qui m’avaient invité à leur table (dont une amie) m’ont alors mis au défi de faire des rimes sur son prénom, Édith. Je me suis rajouté la contrainte d’imiter le style Gainsbarre époque « Variations sur Marilou ».

 

Petite

Edith,

Entourée d’acolytes

Aux regards lubriques,

J’adresse une supplique

Aux miroirs dont je profite.

Tandis que tu médites,

J’hésite :

Ta blondeur énergique

Tel un doute m’habite;

Ton corps incite

A l’illicite;

Je rêve de troglodytes,

De rites antiques

Fort peu liturgiques.

 

Edith

Tu es un hit !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Plume, Poésie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s