Cancer

J’étais déjà allé au Centre contre le cancer, car j’avais appris que c’était gratuit. J’avais des grosseurs sur tout le corps, des vertiges, je crachais le sang, j’y suis allé pour obtenir un rendez-vous trois semaines plus tard seulement. Comme tout bon Américain qui se respecte, j’avais toujours entendu : DEPISTE LE CANCER LE PLUS TOT POSSIBLE. Tu t’arranges pour le dépister de bonne heure, mais ils te donnent rendez-vous dans trois semaines.  Telle est la différence entre ce qu’on raconte et la vérité.

Trois semaines après j’y suis retourné pour m’entendre dire qu’ils me feraient certains examens gratuitement, mais que je pouvais passer ces tests et ne pas être sûr pour auatnt de ne pas avoir le cancer. Toutefois, si je leur donnais vingt-cinq dollars pour subir tel examen , je serais A PEU PRES sûr de ne pas avoir le cancer. Pour être ABSOLUMENT certain, après l’examen à vingt-cinq dollars, je pouvais prendre l’examen à soixante-quinze dollars, et si je réussissais celui-là aussi, je serais tranquille. Ca voudrait dire que mes troubles étaient dus à l’alcoolisme, à mon état nerveux ou à une chaude-pisse. Ils parlaient bien, ils parlaient clair, les petits minets avec leurs habits blancs du Centre Cancéreux, et j’ai dit :

« En fait, c’est cent dollars.

Humm hum « , ils ont fait, et je suis sorti pour une bordée de trois jours et les tumeurs ont disparu ainsi que les vertiges et les crachements de sang.

 

(Charles Bukowski, Factotum, p. 171-72)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ecrivain, Extraits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s