In the quiet after midnight

1998_hc-Moonlight_&_Vines_(Newford_-9)_by_Charles_de_Lint_

« Some would embrace the loss of memory », he says, « rather than lament its absence. »
I shake my head. « I don’t understand. »
« Remembering can keep the pain too fresh, » he explains. « It is much easier to forget – or at least it is more comfortable. But you and I, we are not seeking comfort, are we? We know that to forget is to give in to the darkness, so we walk in the light, that we hold fast to our joys and our pains. »

(from « In the quiet after midnight », one of the short stories in « Moonlight and vines », by Charles De Lint.)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ecrivain, Extraits, Fantasy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s