In this soul of a woman

« Si j’étais un homme, je ne peux imaginer que les choses se seraient déroulées de cette manière. Je me contenterai d’exprimer ce qui me vient à l’esprit, et c’est que vous trouverez en moi l’âme de César dans un cœur de femme. »

Extrait des lettres de Artemisia Gentileschi (1593-c.1652), première femme peintre à vivre de son métier, et prélude à la nouvelle « In this soul of a woman » de Charles De Lint.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Extraits, Fantasy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s