Plume de Saint Valentin (le retour)

Je vous avais promis la version définitive de ma plume imposée de Saint Valentin, la voici donc :

Quand le sommeil devient insaisissable et superflu,
Quand le seul appétit restant peut se nourrir d’un firmament,
Quand nuque, oreille et bouche se transforment en aliments,
Quand j’ai faim de ton corps, quand j’ai soif de ton cul !

 

Et voici la définition gagnante :

L’Amour, c’est ce qui reste dans ma chambre quand l’Autre a refermé la porte.

Toutes mes félicitations à la gagnante !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Plume, Poésie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s