Plume : Quand j’aurai …

Quand j’aurai soixante ans
Je n’aurai plus de dents
Sauf peut-être, nonobstant,
Une ou deux par devant.

Quand j’aurai septante ans,
Mes cheveux grisonnants,
Un nez toujours trop grand,
Mon visage d’enfant ?

Quand j’aurai nonante ans,
Où en sera mon gland ?
De toi cela dépend !
Alors, qu’est-ce que t’attends ?

 

A GB, dont la chanson préférée des Beatles m’a servi d’inspiration

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Plume, Poésie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s